Aujourd'hui, pour une fois ça va être vraiment rapide ! 

 

Il y a peu de temps a été voté et accepté l’élargissement du délit d’entrave aux sites internet. On a pu entendre en long en large et en travers ce en quoi consiste le délit d’entrave, mais il y en a, au fond, près du radiateur, qui n’ont pas bien entendu (sans doute parce qu’i.el.l.e.s étaient trop occupé.e.s à gueuler « un papa, une maman pour tous les enfants-han »). Donc je vais réexpliquer tout ça une bonne fois pour toutes, histoire qu’on arrête avec les confusions.

 

Vous êtes une personne dotée d’un uterus. Suite à un rapport sexuel avec une personne dotée d’un pénis, un spermatozoïde a fécondé un ovule et bam, votre utérus se retrouve occupé par un embryon.

Qu’est-ce que la loi dit sur cette situation : la loi dit que vous êtes la seule personne qualifiée pour décider de ce qui va se passer à l’intérieur de votre corps. Ce qui implique plusieurs choses : 1/ personne ne peut vous empêcher d’avorter, 2/ personne ne peut vous forcer à avorter, et 3/ pour que la décision soit vraiment vôtre, il faut que ce soit une décision éclairée et donc que vous ayez eu accès à des informations claires et vraies sur vos options.

 

Ce qui veut dire que légalement, si vous (que « vous » représente une personne, une institution ou un site internet) êtes face à une personne enceinte qui vous pose des questions, vous avez le droit :

-de lui conseiller d’avorter

-de lui conseiller de ne pas avorter

-de lui dire que l’avortement est un péché

-de partager votre expérience personnelle avec elle,

-de lui dire qu’elle brûlera en enfer si elle avorte (ça lui permettra au moins de savoir que vous êtes une personne nocive qu’il faut fuir)

-de lui parler des joies de la maternité

-de lui parler des complications possibles lors d’un avortement

-de lui dire que vous ne pouvez pas la conseiller…

 

Le délit d’entrave ne concerne en aucun cas les personnes, institutions ou sites internet anti-avortement qui se présentent comme tels et évoquent de manière très sombre les aspects moraux et psychologiques de l’avortement. Il n’y a en aucun cas censure. L’Etat ne vous empêche pas de dire que seul Dieu, Allah ou le grand Patatchoum Vert est le seul à donner et reprendre la vie.

 

Ce dont vous n’avez pas le droit, c’est

-de mentir sur les options légales d’une personne enceinte (par exemple de dire que l’avortement est interdit dans tel endroit alors que c’est faux)

-de mentir sur la procédure à suivre (par exemple de mentir sur la limite de temps maximale pour avorter)

-de mentir sur les conséquences médicales de cet acte (par exemple de dire qu’un avortement a de grandes chances de rendre la personne stérile).

 

En gros, vous avez le droit d’avoir n’importe quelle opinion, vous avez le droit de la partager, mais vous n’avez pas le droit de transmettre des informations fausses, car cela retire à la personne enceinte la possibilité de faire un choix éclairé pour elle-même. Voilà. C'est compris maintenant ?

 

Et si vous voulez avoir des infos fiables concernant l’IVG, vos droits, les soutiens médicaux et psychologiques dont vous estimez avoir besoin, allez faire un tour ici : https://ivg.net/droits-des-femmes sans oublier dans votre planning familial le plus proche : http://www.planning-familial.org/