Alors je dois avouer que c'est une question qui m'a longtemps trotté dans la tête. Je n'étais pas sûre de comprendre et je n'ai jamais, au cours de mes pérégrinations webiques, trouvé d'explication à propos de cette "fierté". C'était juste un fait, les Noirs étaient fiers d'être Noirs, et c'était cool, mais les Blancs fiers d'être Blancs, ben c'était vachement moins cool. J'avais l'intuition que c'était vrai, qu'un Blanc n'avait aucune raison d'être fier d'être Blanc. Aucune raison d'en avoir honte non plus, entendons-nous bien ! Mais je n'avais pas réussi à théoriser tout ça, à me l'expliquer avec de vrais arguments autres que "ceux qui disent qu'ils sont fiers d'être Blancs, en général ce sont souvent des militants FN donc on peut partir du principe que c'est sans doute un truc qui pue". 

 

Je n'ai trouvé une réponse que relativement récemment, en transposant cette notion (de manière très imparfaite) dans le domaine de la lutte des classes. Je vais donc vous faire part de ma propre interprétation de cette idée. C'est article est en quelque sorte un arrêt sur image de mon processus de réflexion là où il est pour le moment, et n'est pas à considérer comme parole d'évangile, d'autant que je le rappelle, je ne suis pas Noire, il y a beaucoup de choses que j'ignore sur la lutte anti-raciste et il est possible que je me trompe ou que mon point de vue soit biaisé !

Je viens d'un milieu défavorisé, j'ai grandi dans un contexte qui était contraire à mes aspirations. Pourtant j'ai réussi à m'élever socialement et à atteindre mon but, et j'en suis fière. Je suis fière de mes origines modestes, je suis fière de mon contexte familial particulier, parce que la société m'était contraire à cause d'eux. Parce que j'ai grandi et je me suis construite plus forte que beaucoup grâce à eux. Mon contexte socio-culturel a été à l'origine de certaines discriminations à mon encontre, mais il m'a aussi appris à m'accrocher. Il a été une cible pour mes attaquants mais aussi une immense force.

 

J'ai réussi malgré et grâce à mes origines : elles ont pu créer des difficultés supplémentaires, parfois, mais elles m'ont aussi donné des ressources supplémentaires. Elles m'ont forcé à me dépasser, à sortir du rang. C'est pour cela que je suis fière d'elle : mes accomplissements ont encore plus de valeur à mes yeux parce que je partais de plus loin.

 

Maintenant, revenons au problème qui nous occupait tout à l'heure. La transposition que j'ai faite est imparfaite, puisque si on peut changer de classe socio-culturelle, on ne peut changer de couleur de peau ou d'origines. Un Noir appartenant aux couches socio-culturelles élevées ne sera pas victime du classisme mais sera toujours victime du racisme. Cela étant posé, où est-ce que je veux en venir ?

 

La manière dont je comprends cette fierté d'être Noir (ou de n'importe quelle race autre que blanche), c'est qu'être Noir, c'est partir dans la vie avec une société qui est contre soi. Ca veut dire devoir être plus fort, plus courageux, plus méritant que les autres pour pouvoir atteindre ses buts. Il y a de quoi être fier ! 

 

Peut-on être fier d'être né homme cisgenre et hétéro, blanc, riche, beau et en bonne santé ? On peut en être heureux, on peut s'estimer chanceux, on n'a absolument aucune raison d'en avoir honte, vraiment, j'insiste là-dessus. Vous n'avez pas choisi vos privilèges.Mais peut-on ressentir de la fierté pour quelque chose qu'on n'a pas accompli ou qui ne nous a pas forcé à nous dépasser ? En quoi partir déjà gagnant dans une société qui favorise de base les hommes cisgenres hétéros blancs riches beaux et en bonne santé devrait susciter de la fierté ? Etait-il juste que les nobles soient fiers d'être nobles alors qu'ils n'avaient rien eu à faire pour être où ils étaient ?

 

Quand quelqu'un dit "je suis fier d'être Noir", il ne dit pas simplement "je suis fier de ma couleur de peau et de ma culture", il dit "je suis fier car la société était contre moi parce que je suis Noir, et malgré tout j'ai réussi". C'est également une référence à toutes les luttes des Noirs contre l'oppression de la société.

Quand un Donald Trump nous dit qu'il est fier d'être Blanc, là non plus il ne parle pas seulement de sa couleur de peau ni même de sa culture, il dit "je suis fier d'être né du "bon" côté du système". Les mots semblent être les mêmes, à une nuance (de couleur) près, mais le message véhiculé n'est absolument pas le même. Il faut aussi être conscient que c'est un argumentaire utilisé par les racistes pour nier les luttes auxquelles doivent faire face les racisés. Or, nier le racisme et dire "nous sommes tous égaux" alors que les preuves du racisme de la société dans laquelle on vit sont omniprésentes, c'est être raciste et participer au racisme. C'est pas grave d'avoir des privilèges, ce qui est grave c'est de refuser de les voir en face pour ce qu'ils sont. 

On est donc bien dans deux systèmes de pensées bien différent : l'un contestataire et l'autre qui, au contraire, veut garder ses propres privilèges et son statut d'oppresseur.

 

Donc si vous êtes Blanc et que vous aimez votre culture et/ou votre couleur de peau, vous en avez le droit, mais dites-le précisément : dites "j'aime ma culture", "j'aime ma couleur de peau". Ne croyez pas que la fierté que d'autres ressentent vis à vis de leur couleur de peau est une agression envers vous, votre culture ou votre couleur de peau, ce n'en est pas une. Ne dites pas que vous êtes "fiers" d'être blanc car sans le vouloir vous minimisez les difficultés auxquelles font face les personnes de couleur et vous lancez un message qui n'est sans doute pas celui que vous vouliez exprimer au départ. Vous faites comme si cette fierté n'était qu'une question de couleur de peau alors que c'est une question de lutte contre le système.

 

J'espère avoir réussi à m'exprimer à peu près clairement. Si vous avez des sources plus claires que ce que je bafouille ici sur la question, si vous avez des précisions à apporter, un point de vue à partager, n'hésitez pas à laisser tout ça en commentaire !