Je me suis remise, après un très long break, à regarder la série Gotham. J'en suis au début de la saison 2... Eh bien je suis énormément déçue. Enfin, c'est pas comme si j'attendais encore grand chose de ce genre de productions...

 

Attention, SPOILERS

 

 

Je vous laisse le temps de quitter si vous n'aimez pas les spoilers...

 

 

...

 

 

Bon, ça doit être bon maintenant !

 

 

 

Or donc, pourquoi suis-je déçue ? 

 

La chef de la police se fait tuer. Elle était droite comme une flèche, même si elle avait des casseroles aux fesses (c'est un peu le principe quand on est flic à gotham), cherchait à assainir son commissariat sans y parvenir, se retrouvait constamment bloquée, victime de chantage etc. Elle est remplacée par un homme, et lui, comme par magie, on sait pas comment il est arrivé à ce poste à Gotham mais il arrive, il vire 5 ripoux d'un coup bam en arrivant. Magie. Lui, il sait comment agir, comment être efficace ! Et que je te fais des discours avec musique épique en fond, et que j'arrive avec de bonnes idées pour vraiment avancer dans l'assainissement de la ville...

 

Eh ben franchement je trouve ça dommage que ce soit fait de cette manière là.

 

Encore une série avec des personnages féminins qui ne sont pas dignes de servir de modèles à qui que ce soit. Sélina ? Instable, voleuse, malhonnête. Barbara ? Complètement chtarbée. Lee ? A la limite, mais un peu transparente, elle est surtout là pour faire des câlins à Gordon. Son importance en tant que médecin légiste n'est pas vraiment mise en valeur... Fish Mooney ? Bon ok elle est cool, mais ça reste une psychopathe, hein ! Et donc, avant, je me disais : la chef de la police ? Oui ! Elle fait ce qu'elle peut, elle est intelligente, pourquoi pas. Ah, finalement, non, elle est morte. Ah, et en plus a posteriori, visiblement, elle était faible et incompétente... Bon bon bon...

On me dira qu'il est difficile de trouver des modèles masculins dans cette série, et c'est pas faux, on est dans une série où les personnages sont loin d'être des paladins. Mais même dans un univers comme celui-là il existe des modèles. Tous masculins, quand on y réfléchit : Gordon, Bruce, Lucius, et surtout Alfred. Peut-être même un peu Bollock, dans son genre...

 

 

L'intérêt de cette série est de montrer des personnages complexes, qui sont souvent tiraillés entre plusieurs pôles, avec aussi des impératifs auxquels ils ne peuvent échapper. Des personnages comme ceux-ci sont intéressants, mais encore une fois les personnages féminins positifs sont, en tout cas selon moi, inexistants. Et j'avoue que le coup de "tout s'arrange" grâce à l'arrivée d'un homme providentiel, ça me soûle bien comme il faut, ça fait too much et c'est frustrant. Ils auraient au moins pu faire en sorte que la chef lance l'idée ? Faire une transition ? Montrer qu'elle travaillait réellement à arranger la situation autrement qu'en chiant dans son froc dès que ses supérieurs étaient dans le coin ? Pourquoi ce mec n'a pas affaire aux mêmes supérieurs qui la bloquaient, elle ? Comment est-il arrivé là sans être un gros ripoux comme les autres ? J'ai l'impression qu'on se fout de ma gueule.

 

 

Ah, et voilà, ça continue !!

Scène déchirante où Nigma tient le cadavre de sa bien-aimée dans ses bras en pleurant. Ca fait tellement de peine. Pauvre Nigma... Oh ... Mais... Wait ! c'est lui qui l'a tuée ! Et ça fait des mois qu'il l'espionnait ! 

Comment dire. NON ! Pas pauvre Nigma. Connard de taré de Nigma, oui ! Cette scène a été filmée pour tirer la compassion du côté de Nigma et non du côté de la victime, d'ailleurs elle meurt en quelques secondes, presque sans le sentir, hein, le meurtre est pas si méchant, j'imagine. Pour étrangler quelqu'un c'est difficile, ça prend du temps et c'est violent. La personne étranglée ne donne pas l'impression de s'endormir bien gentiment, ses yeux deviennent rouges et gonflés... C'est une manière douloureuse de mourir. 
Tout est fait pour qu'on soit du côté de Nigma, même avant alors qu'il la harcelait malgré ses diverses réponses négatives, malgré le fait qu'elle était très claire sur ses sentiments, tout était fait pour qu'on se dise "non mais pauvre Nigma, elle est un peu bitch sur les bords, elle pourrait lui donner sa chance". Et même maintenant alors qu'elle vient d'être assassinée, ses sentiments à elle sont effacés au profit de ce gros connard de Nigma qui, malgré son intellect supérieur, ne pense même pas à tenter un bouche à bouche... 

Merde, elle a rien demandé à personne, son ex la battait, elle tombe amoureuse du "gentil Nigma", il la tue et faudrait en plus qu'on ait de la compassion pour LUI ? Parce que le pauvre il a perdu la femme qu'il aimait et ça va finir de le rendre taré ? D'ailleurs il l'est déjà, il le sait et refuse de se soigner... Je devrais le plaindre ? Mais il aurait peut-être pu commencer par ne pas la tuer, en fait !

 

 

J'aime le principe des superhéros, j'adore ça, vraiment ! Je trouve ça génial d'imaginer des gens avec des capacités surhumaines ou quasi surhumaines, les pouvoirs magiques (ou reposant sur la technologie), ça me plaît beaucoup. Mais comment je suis censée apprécier une série où les femmes sont des personnages transparents ou psychopathes, ou sont là pour se faire tuer et ne même pas susciter de compassion ? Comment je suis censée ne pas réagir alors que cette série (et tant d'autres, et tant de films...) continue à véhiculer le trope de la "disposable woman"* ? Pourquoi je suis censée devoir systématiquement me projeter dans des personnages masculins ? 

 

J'aime aussi les films d'action, quand ça explose dans tous les sens, mais ça fait un moment que je n'en regarde quasiment plus parce que l'homophobie et la misogynie ambiante de ce genre de films me dégoûtent. Le dernier film de ce genre que j'aie aimé (adoré en fait) c'était Mad Max 4. Film qui a connu un succès planétaire immense. La plupart du temps, ce qu'on entend pour justifier la misogynie des films et séries grand public, c'est que le public est masculin et VEUT certaines choses (comme si on ne pouvait pas éduquer et faire évoluer ce public supposé mâle, blanc, cisgenre, hétéro et visiblement un peu con). Sauf que c'est faux, le public est mixte, c'est juste qu'à force de ne rien faire pour rendre leurs films attirants, ils se privent eux-mêmes de tout un public. Le succès de Mad Max 4 en est la preuve : faites des films attirants pour tout le monde et tout le monde va venir (et vous vous ferez des fesses en or). La petite frange de MRA à la con qui va gueuler parce qu'on voit des personnages féminins, homos, noirs, trans, etc., forts ne va pas compenser les femmes, la communauté LGBTQIA+, les racisés, etc., qui seront tellement heureux de voir un tel film. Vous ferez du chiffre. BEAUCOUP. 

 

Bref, déçue déçue déçue qu'une série aussi récente soit aussi rétrograde. Encore une fois, aucune prise de risque, aucune prise de position, rien. On prend les mêmes que depuis 60 ans et on continue.

 

 

*disposable woman : http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/DisposableWoman