Je fais partie des rares personnes de mon âge à avoir grandi avec Disney sans connaître encore aujourd'hui toutes les chansons par coeur et sans avoir l'oeil mouillé de larmes nostalgiques à l'écoute de "ce rêve bleu" ou d'une autre. Mes amis et amies, mon propre frère, ont tous été profondément marqués par les dessins animés Disney, et moi, vraiment, en grandissant, j'y suis devenue assez indifférente. Il y en a deux ou troi que j'aime vraiment bien : Le Roi Lion, Mulan, et un peu la Belle et la Bête, aussi, à cause de la scène de la bibliothèque (et parce que Belle est l'une des rares princesses à ne pas être une idiote passive finie). Je me suis donc récemment penchée sur ce désamour de Disney qui est le mien, et je pense que l'une des raisons principales est la grossophobie générale de Disney. (Désolée pour la mise en page pas géniale, je ne maîtrise pas encore bien ces subtilités)

 

Je ne vais pas faire une liste exhaustive, et sans doute que ce ne sera pas absolument objectif, là je vais vous parler de MA réception personnelle de l'oeuvre de Disney.

 

Le livre de la jungle :

Baloo_the_bearle roi louie

Baloo : d'accord, c'est un personnage important, mais il m'a toujours donné l'impression d'être un peu stupide. Ce n'est pas le pire dans le genre, cela dit. En revanche, son sexisme, lui... Souvenez-vous quand Mowgli rencontre la petite fille, Baloo dit que c'est trop tard pour Mowgli, il est piégé. Moi je trouve ça grave de mettre dans la tête des enfants que l'amour est un piège, et en particulier un piège tendue par les femmes (qui sont toutes de nouvelles Eves en puissance j'imagine) contre les pauvres petits hommes, auxquels elles font perdre leur innocence première... Sans déconner...

Le roi Louie, un orang utang, est terrifiant. Ce passage m'a toujours mise profondément mal à l'aise, et cet énorme roi Louie, qui danse comme un possédé puis devient agressif d'un seul coup, ça m'a toujours gênée. Bon, faut dire aussi que je n'aime pas ce film. Point.

 

La Belle au bois dormant :

les trois fées belle au bois dormant

Les trois fées sont pour le moins replètes, et agissent la plupart du temps avec bien peu de maturité pour des marraines dotées de pouvoir magiques ! Elles passent leur temps à se disputer pour des broutilles et à abîmer des choses (le gâteau, la robe...).

 

Alice au pays des merveilles

Queen_of_Hearts_KHREC

J'aurais du mal à passer sous silence l'horrible reine de coeur d'Alice au pays des merveilles ! Elle allie folie, stupidité, cruauté, un cocktail détonnant !

 

Merlin l'enchanteur :

méchant seigneur merlin enchanteurmadame Mimegrosse écureuillette

Le méchant seigneur, idiot, injuste et violent, est gros. Madame Mime, une sorcière maléfique, est grosse (et moche). Même la grosse écureuillette est ridiculisée (et pas la petite toute mignonne).

 

La belle et la bête (que j'aime, pourtant)

gaston et son faire valoir

Le faire-valoir de Gaston est un petit gros lâche, sournois et stupide.

 

La petite sirène :

ursula

Ursula, la démoniaque sorcière des mers, est grosse (et inspirée de la drag queen Divine, mais ça c'est une autre histoire). Maintenant, de mon oeil d'adulte, j'aime bien Ursula, je la trouve plutôt sexy et cool (et je suis sûre qu'elle a fricoté avec le roi dans sa jeunesse). Mais n'empêche, elle est méchante.

 

Aladin :

roi aladin

Le roi est un petit gros lâche, un peu bête et facilement manipulable. Il est ridiculisé en permanence.

 

Bernard et Bianca :

méchante bernard et bianca

La méchante de Bernard et Bianca est mémorable pour sa sale gueule et son gros cul. Elle est cependant un mix entre la maigreur (elle aussi associée à des choses négatives, pensez à Jafar, le méchant de la Princesse et la Grenouille (clone de jafar) Cruella, la méchante de kuzco...) de ses bras et jambes et la grosseur de son cou, de son ventre et de son cul.

jafar

méchantes disney

 

La princesse et la Grenouille

princesse et la grenouille

Alors là je suis sortie de ce film avec le cafard. Le gros crocodile qui veut devenir Jazzman est vraiment con, y'a pas d'autre mot, la luciole est sympa, mais stupide/camée/à moitié tarée, la sorcière à gros cul (et sa chanson met bien en avant son gros cul qu'elle frotte un peu partout et notamment sur son serpent de compagnie) est complètement folle, et il y a un personnage qui n'apparaît pas ici, mais qui est une espèce de chasseur/braconnier, qui est avec son père et son frère. Il est gros, et tellement stupide qu'il finit par assommer son père et son frère par pure bêtise. A se demander s'il n'est pas handicapé mental, on ne sait pas.

 

Tarzan :

tarzan éléphant

L'éléphant est gentil, mais peureux et lâche.

 

Le roi Lion (film que j'aime et qui me touche énormément, c'est le seul dont je connaisse les chansons)

pumbaa

Pumbaa est un personnage qui est présenté comme pas très futé. On ridiculise souvent ses paroles (même quand il a raison, pour les étoiles, par exemple). Alors certes il est généreux, gentil, courageux, mais il est quand même ridiculisé.

 

Blanche-Neige :

Les nains ont tous un peu d'embonpoint. Ils sont souvent, eux aussi ridiculisés, puisqu'ils sont anormaux, ils sont laids et la prétention de Simplet à se faire aimer de Blanche Neige, ainsi que le béguin de Timide pour elle, font rire (et pourquoi, finalement ? parce qu'ils sont "anormaux"). Ils sont aussi incultes (au point de ne savoir utiliser une cuillère, quand même), et immatures (ne nettoient pas chez eux, se bagarrent pour rien...)

 

Mulan fait figure d'exception : le gros guerrier est certes dépeint comme gourmand, mais il a le coeur sur la main, est philosophe, et tout aussi capable que les autres de prouesses physique. Sa grosseur n'est finalement que ce qu'elle est : un état de fait physique, qui ne dit rien de son état mental ou de ses qualités humaines. J'aime ce film, je l'aime d'amour.

 

 

Pour résumer, chez Disney, un gros, dans le meilleur des cas, sera un gentil faire-valoir qu'on ridiculisera à tout va pour faire rire (it's funny because he's FAT). Il n'aura que très rarement des proportions normales (en général c'est doublé avec de toutes petites jambes et de tout petits bras qui font penser à des pattes, animalisant les personnages). Et ce physique disgracieux ira systématiquement de paire avec des défauts : lâcheté, stupidité (très souvent), folie, méchanceté. Parfois un peu de tout ça.

 

Je n'ai rien, strictement rien contre le fait que les princesses soient des jeunes femmes correspondant aux critères de beauté de la société, et qu'elles soient donc mince. Ce qui me choque, c'est cette adéquation systématique entre le physique et le mental. Ca, c'est gênant.

 

En tant que grosse, je ne demande à personne de me trouver belle (je suis toujours gênée avec les messages de type "toutes les morphologies sont belles"). Pour moi, le beau, c'est quelque chose d'intime, qui se vit au cas par cas. On ne peut forcer personne à trouver quelque chose ou quelqu'un beau. Ce n'est pas ça que je demande. Ce que j'exige, en revanche, c'est qu'on ne tire pas de conclusions sur mon intelligences ou sur mes qualités humaines d'après la circonférence de mon cul. En fait, j'exige le respect pur et simple de mon humanité. On peut ne pas m'aimer, évidemment, mais si vous ne me connaissez pas, ne partez pas du principe que si je suis grosse, alors c'est que je n'ai pas de volonté, que je suis un peu bête et que je ne pense qu'à manger. Car c'est malheureusement des choses que j'entends, que je vis.

 

Et Disney n'aide pas du tout la société à changer, en propageant ce genre d'images. En tout cas, moi, en tant qu'individu, j'ai été souvent blessée par tout ça, et je pense sincèrement que quand un enfant est soumis de manière aussi récurrente à ce genre de message, il finit forcément par l'intérioriser, au moins en partie, qu'il le veuille ou non. Si un personnage est gros, il est gros. Ca ne devrait pas être systématiquement (ou presque) un indice de ce qu'il va être à l'intérieur. Ca participe à faire honte aux gros, et pourquoi ? Il y a quoi de honteux, en soi, à être gros ? C'est une donnée, c'est tout. Le terme "gros" est uniquement descriptif, et pourtant il est devenu connoté, et ça, c'est grave.

 

Et moi, maintenant, j'ai enfin compris pourquoi je n'aimais pas Disney : impossible de me projeter en princesse, et les personnages dans lesquels je me projetais, les gros, puisque quand j'étais petite, mon surpoids me faisait tant souffrir que je ne m'identifiais qu'à cela, je ne voulais pas leur ressembler. Donc voilà, PAS MERCI, Disney, de contribuer à ce que la société ait une mauvaise opinion quasi instinctive des gros. PAS MERCI de faire croire que nous sommes stupides, lâches ou fous.

 

Il y aura sans doute d'autres billets sur pourquoi je n'aime pas Disney, parce que la grossophobie n'est pas la seule raison, mais en général, quand on critique Disney, on le critique pour son absence de féminisme, ou pour les standards de beauté inatteignables des princesses. Je n'ai que rarement lu d'articles (même s'il en existe et si je suis quand même tombée sur quelques articles intéressants au fil de mes lectures) qui abordait le sujet sous cet angle, donc c'est pour ça que moi j'ai commencé par là.